Chili
La Patagonie Chilienne

Qui ne s’est pas pris à rêver face au terrible chaos géographique de la pointe australe du cône sudaméricain ? Là se rencontrent et s’entredéchirent deux océans, un continent et la plus longue cordillère du monde. De ces chocs sont nés des paysages époustouflants, un entrelac titanesque de bras de mer, îles, péninsules, caps, baies, plages, falaises, lacs, pics…… que notre regard ne peut qu’effleurer partiellement tant il est vaste. Au cœur de ce champs de bataille entre les éléments palpite une nature sauvage encore relativement préservée, grâce à une géographie compliquée et des conditions météorologiques plutôt adverses.

Manchots et otaries se côtoient sur les îlots rocheux. Les guanacos observent prudemment les pumas dans la steppe. Cygnes, ouettes, canards et limicoles s’ébattent sur les côtes. Un renard gris pourchasse en vain un tatou dans son terrier. Le martellement des pics géants effraye les huemuls au fond des bois. Le condor des Andes glisse sans effort sur fond de ciel laiteux, apparaissant et disparaissant au gré des brumes. L’albatros parait son reflet brouillé au ras des flots.

Prononcez les mots « Patagonie », « Terre de feu » ou « Detroit de Magellan », et l’imagination s’enflamme instantanément. Je vous convie à confronter imagination et réalité. Vous ne serez pas déçu. 

Les points forts de ce voyage
  • Observation du Puma, rencontre de proximité régulière
  • Paysages époustouflants du Parc National de Torres del Paine
  • Période propice pour l'observation de la faune sauvage : Puma, condors, guanacos
  • Sortie au milieu des impressionnants glaciers Balmaceda et Serrano

Voyage

du 2 Nov 2024
au 16 Nov 2024

Responsable Destination

Contacter Carine

+3271845480

Présente du lundi au vendredi de 09h à 18h et le samedi de 09h à 17h.

Dates & Prix

Prix : 11650 euros par personne
Supplément single: 1090 euros

du 2 Nov 2024 au 16 Nov 2024
Durée: 15 jours / 14 nuits

Ce prix comprend

    L'accueil à l'aéroport de Punta Arenas à votre arrivée par notre partenaire local 
    L'hébergement de catégorie standard en chambre double ou twin

    Chauffeur-guide

    Guide francophone

    Les repas mentionnés au programme (petit-déjeuner, Lunch Box, Repas du soir comme  mentionnés dans le programme)
    Les services d'un accompagnateur photographe
    Les services de guides locaux  / chauffeurs, dont un spécialiste du puma, du jour 2 au matin du       jour 10

    2 Jours d'entrée dans le parc privé où se trouve le puma
    Véhicule de transport privé 
    Les entrées aux parcs nationaux
    Toutes les visites, activités et excursions mentionnées au programme
 

Ce prix ne comprend pas

 

    Le supplément single (1090 euros), obligatoire en cas d'impossibilité de partage de chambre
    Les taxes d'aéroport 
    Les boissons alccolisées et dépenses à caractère personnel
    Les pourboires au(x) guide(s), chauffeur(s), porteurs tout au long du circuit
    Les repas non mentionnés au programme 
    Les assurances éventuelles (recommandées)

 


    BON A SAVOIR

Les prix de ce circuit peuvent être modifiés en fonction des prix de vols que nous obtiendrons lors de votre inscription. Plus la date de départ est proche et plus il est difficile d’obtenir des tarifs intéressants. Nous vous recommandons donc de VOUS INSCRIRE LE PLUS TOT POSSIBLE afin d’éviter le désagrément d’une importante majoration de prix.

En outre, les compagnies aériennes appliquent régulièrement un supplément de facturation pour le fuel (après réservation des places), supplément que nous serions contraints de répercuter sur le prix du séjour.

ATTENTION : le prix de ce séjour est sous l’influence directe du taux de change de l’US dollar. NATURE ET TERROIR se réserve le droit, selon ses conditions générales de vente, de revoir son prix en cas de fluctuation importante des devises et/ou des tarifs de transport.

Compensation carbone : Il vous est loisible de compenser les émissions carbone émises à l’occasion de votre voyage. Une procédure existe—très simple et peu onéreuse. Nous consulter pour plus d’infos.

Votre guide

Accompagnateur en montagne breveté et naturaliste enthousiaste, Karl est un bourlingueur qui emmène des groupes tout au long de l’année en Espagne et en Amérique latine. Son énergie, sa disponibilité, son efficacité et la perfection de ses séjours sont devenues légendaires.

Journalier

 

Jour 1 :

Vol intercontinental vers Santiago du Chili. Prise de contact avec le pays, briefing du voyage. Nuit à Santiago.

Jour 2 :

En guise d’introduction et avant de nous envoler vers le sud de la Patagonie et les îles de la Terre de feu, nous dédions une journée aux hautes terres qui surplombent Santiago. En compagnie de notre guide et chauffeur local, nous visitons le piémont andin à diverses altitudes, à la recherche des oiseaux emblématiques de la zone centrale du pays : le tinamou perdrix, quelques espèces de mérulaxes, le colibri géant et le colibri à flancs blancs, le caracara montagnard, parmi tant d’autres.  Outre l’intérêt ornithologique, prendre de la hauteur nous offre d’impressionnantes panoramiques de paysages montagneux. Il n’est pas rare d’observer, depuis notre endroit de pic-nic, les planés majestueux du grand condor des Andes. Nuit à Santiago.

Jour 3 :

Le matin, cap plein sud, nous prenons un vol vers Punta Arenas, (environs 3h30), survolant la cordillère des Andes et les grands glaciers continentaux du cône sud. Capitale de la province de Magallanes, installée sur les rives du détroit de Magellan, la ville est la véritable porte d’entrée de la Patagonie et la Terre de feu chiliennes. L’après-midi, visite succincte de la ville et promenade ornithologique dans les environs pour nous familiariser avec les oiseaux les plus communs du grand sud. Nuit à Punta Arenas.  

Jour 4 :

Cap sur l’île Magdalena, dans le détroit de Magellan. Une petite heure de bateau et nous débarquons. Un sentier aménagé nous permet une observation très rapprochée de la vie d’une colonie de manchots de Magellan ainsi que leurs interactions avec les prédateurs omniprésents :  labbes chiliens et goélands dominicains sont à l’affuts des œufs ou poussins peu ou mal surveillés. La sterne hirundinacée en plumage nuptial et la discrète géositte mineuse fréquentent également les parages.

Lors de notre navigation de retour vers Punta Arenas, nous approchons un îlots rocheux habité par quelques harems d’otaries à crinière, où d’énormes mâles luttent pour leur suprématie.  Nous ne pouvons pas débarquer, mais profitons à distance respectueuse du grandiose spectacle, sous les regards attentifs des goélands de Scoresby et des chionis blancs.

Repas de midi à Punta Arenas.

L’après-midi nous reprenons notre prospection ornithologique, cette fois sur la côte continentale du détroit. Les possibilités d’observations sont diverses et variées : brassemer cendré et brassemer de Patagonie, huîtrier de Garnot, cormoran impérial, ouette de Magellan et ouette à tête rousse, lessonie noire, …

Retour à Punta Arenas pour le repas du soir et la nuit.

Jour 5 :

Poursuivant notre descente en latitude sud, nous abandonnons Punta Arenas par le ferry du matin, traversant le détroit de Magellan vers Porvenir, principale ville dans la partie chilienne de la mythique Terre de feu (environs deux heures de traversée). Avec un peu de chance, nous pouvons observer depuis le bateau quelques espèces marines telles que le fulmar géant, la puffinure de Magellan, l’albatros à sourcil noir. Après le débarquement, nous continuons nos observations autour de Laguna Verde et Laguna Santa Maria : ouette à tête grise, pluvier des Malouines et pluvier oréophile, canard huppé, pluvianelle magellanique, ……seront nos espèces cibles.

Après le repas de midi, nous nous rendons à Bahia Inutil afin de visiter la seule colonie existante en dehors des eaux antarctiques du majestueux manchot royal.

Nuit à Las lengas, en Terre de feu.

Jour 6 et 7

En véhicule, à pied et même en bateau, nous dédions deux journées complètes au parc naturel Karukinka. Formée d’une mosaïque des milieux les plus représentatifs des régions subantarctiques, cette gigantesque réserve comprend de la forêt de Nothofagus, de la steppe patagone, des tourbières, des zones de rivage marin. La biodiversité y est époustouflante, tant végétale qu’animale. Des espèces aussi emblématiques que le pic géant de Magellan, l’ibis à face noire ou le carancho sont facilement visibles. Nous pouvons même approcher une colonie d’éléphants de mer, ce gigantesque phoque à trompe, ainsi qu’un site de nidification de l’albatros à sourcil noir.

Nuits à Las Lengas, en Terre de feu

Jour 8 et 9 :

L’échelle de l’espace est gigantesque en Patagonie. Afin de gagner ce qui sera le lieu de nos prochaines explorations, nous allons consacrer les deux jours suivant à un road-trip à travers la steppe. Ce voyage nous conduira vers la pointe nord de la Terre de feu, une courte traversée en ferry (20 minutes) du détroit de Magellan afin de regagner le continent et prendre la direction de Puerto Natales et le parc national Torres del Paine. Cet itinéraire peut se faire en une journée, mais nous avons décidé de lui en dédier deux. En effet, les opportunités d’observations en cours de route sont très nombreuses et il serait dommage de ne pas en profiter à l’aise. Guanaco, nandou de Darwin, tinamou élégant, renard de Magellan, sont quelques-unes des nombreuses espèces qui croiseront probablement notre route. Sans parler des nombreux passereaux.

Le passage du détroit est une bonne opportunité pour voir le dauphin de Commerson. Nous ferons une pause au bord du marais côtier de Buque Quemado, refuge de nombreux oiseau aquatiques comme le cygne à cou noir, le coscoroba blanc, le canard de Chiloé, le canard des Bahamas, la sarcelle bariolée, la nette demi-deuil, …

Nuits à Cerro Sombrero (avant le ferry) et à Cerro Castillo

Jour 10 :

Last but not least, la cerise sur le gâteau. Peut-être un des plus beaux endroits du monde et sans doute ce qui restera le plus inoubliable des souvenirs de ce voyage : le parc national de Las Torres del Paine. Connu pour ses extraordinaires paysages de lacs et de montagnes, le Paine héberge aussi une intense vie animale : renards gris, lamas guanacos, grands tatous velus, moufettes de Patagonie et huemuls sont les principaux mammifères que nous pourrions rencontrer. Nous passerons la journée entière dans la partie occidentale du parc et ses nombreux lacs. Le râle austral, le moqueur de Patagonie, la sturnelle australe, et autres emplumés nous tiendrons fort occupés. C’est également le meilleur endroit du Chili pour observer sa majesté ….. le puma

Nuit à Cerro Castillo

Jours 11 et 12 :

 

L’aube et le crépuscule sont, pour le puma comme pour beaucoup d’espèces, les moments de plus grande activité. Nous concentrerons nos efforts sur ces périodes. Assistés et conseillés par des traceurs professionnels locaux, nous ratisserons les collines à sa recherche. Toujours à distance sécuritaire, veillant à ne jamais interférer avec la bête et suivant attentivement les conseils des traceurs avec qui nous seront en contact radio, les opportunités d’observation sont bien réelles. Plusieurs familles et individus isolés vivent dans le secteur.

 

Durant les heures creuses, nous poursuivrons nos explorations dans d’autres secteurs du parc national, tout à notre émerveillement devant le grandiose des paysages et la richesse de la vie animale.

Nuits à Cerro Castillo

 

Jour 13 :

Transfert de retour vers l’aéroport de Punta Arenas et vol de retour vers Santiago du Chili

Nuit à Santiago

 

Jour 14 :

Vol international vers l’Europe, nuit dans l’avion

 

Jour 15 :

Arrivée à Bruxelles

 

Le programme n’est pas contractuel. Son déroulement pourra être modifié par le guide en fonction des conditions de terrain ou des opportunités. Certaines activités pourront être déplacées dans le temps ou remplacées par d’autres.

Infos pratiques

Durée : 11 jours / 10 nuits

 

Hébergement : à communiquer lors de l'inscription

 

Déplacement : Vols internationaux, vols intérieurs, véhicules de location avec chauffeur, balades à pieds

 

Guide : un accompagnateur photographe et des guides locaux

 

Groupe : 6 personnes

Prévoir supplément si le nombre de participants est inférieur à 6.

 

Décalage horaire
   Eté : - 6 heures - Hiver : - 5 heures
Devises
   Peso Chilien Taux de change : 1 euro ≈ 743 pesos chiliens, à la date du 10/04/2018.
Santé
   Aucune vaccination n'est obligatoire.
   Cependant sont recommandés ceux pour la diphtérie, le tétanos, le poliomyélite (à mettre à jour), et l'hépatite A.
   Pour plus d'informations, consultez votre médecin traitant.
Climat
Climat très varié en fonction de la région :
Aride au nord, tempéré au centre et polaire à l'extrémité sud.

Formalités : 
Pour les Belges : Passeport en cours de validité au moins 6 mois après la date de retour, présentation du billet de retour. Pour les autres nationalités, voir auprès des instances compétentes
Les Belges n'ont pas besoin de visa de tourisme pour voyager au Chili pour une période maximale de 90 jours. Il suffit d'un passeport en règle et d'un billet de sortie du Chili.

En raison de la pandémie de Covid 19, les formalités d’entrées sur le territoire de destination et de retour en Belgique peuvent être sujettes à des obligations temporaires et imprévisibles pouvant entraîner des frais supplémentaires (tels que test pcr, quarantaine, ...) auxquels le voyageur devra se soumettre.  Pour toutes informations, veuillez nous consulter ou consulter le site du SPF des «  Affaires étrangères »  régulièrement : https://diplomatie.belgium.be/fr

Condition physique :

 Séjour actif, avec de longues heures de déplacements, en minibus, avions, bateaux et à pied.

Météo changeante et très variable due aux latitudes très australes

Accessible à toute personne en bonne santé, y compris les enfants à partir de 12 ans (accompagné)

A emporter :

- La Patagonie et la Terre de feu sont des régions très australes. Prévoir des vêtements pour les 4 saisons ! Il peut faire froid, venteux, pluvieux et même de la neige à cette date. Bonnes chaussures, veste imperméable, doudoune, gants, bonnets, écharpe, etc…. Chapeau ou casquette, lunettes de soleil.

 - Jumelles (indispensables) longue-vue (optionnel), sac de voyage (plutôt que valise ou sac à dos), petit sac à dos pour les excursions à la journée. Vos médicaments si vous en prenez ( as tjs disponibles sur place). Médicament pour le mal de mer.

Parc National Torres del Paine

Le parc national Torres del Paine (en espagnol : Parque Nacional Torres del Paine) est un parc national du Chili situé entre la cordillère des Andes et la steppe de Patagonie. Administrativement, il appartient à la XIIe région de Magallanes et de l’Antarctique chilien et à la province de Última Esperanza.
D’une surface de 181 414 hectares (ou 242 242 ha selon les sources), le parc fut créé le 13 mai 1959. Il a été déclaré réserve de biosphère, le 28 avril 1978 par l’UNESCO. Ce parc est géré par un organisme chilien, la Corporacion Nacional Forestal (CONAF).
Sa principale fonction est la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et de la diversité génétique du massif del Paine. Sa surface se caractérise par son hétérogénéité paysagère, où convergent des montagnes, des glaciers, des vallées, des étangs et de grands lacs.
Il tient son nom de trois formations granitiques emblématiques du massif del Paine : les Torres (Tours) del Paine. Celles-ci lui confèrent un fort attrait touristique. De nombreux sentiers et refuges permettent d’en faire un lieu majeur de trekking.
À la découverte d'un monde sauvage...

Lama, guanaco, vigogne ou alpaga ?   (Llama / guanaco / vicuna / alpaca, en anglais)
Différents camélidés fort ressemblants se rencontrent tout le long des Andes et en Patagonie.  Il s’agit en fait de 3 espèces différentes : l’alpaga  (Vicugna pacos), la vigogne (Vicugna vicugna) et  le lama (Lama glama). Le guanaco est quant à lui une sous-espèce de lama (Lama glama guanicoe).
Le lama est le camélidé avec le plus de force, le plus grand (jusqu’à 190 cm), et le moins sélectif au niveau du régime alimentaire. Il peut atteindre un poids de 80 kg pour les femelles à 140 kg pour les plus gros mâles. Pouvant porter plusieurs kilos, il est le principal moyen de transport des peuples natifs andins  et a été domestiqué au fil des millénaires. Il est aussi utilisé pour sa fourrure et sa viande. D’après les scientifiques, le guanaco serait la forme sauvage du lama.
L’alpaga n’existe pas sous forme sauvage mais est lui aussi issu de la domestication. Utilisé pour sa laine de qualité et de longueur supérieures à celle des lamas, il est de taille moyenne (jusqu’à 80kg) et sélectif quant à sa nourriture.
La vigogne est la plus petite de la famille. Elle ne pèse pas plus de 50 kg. Elle fait face au climat froid et désertique des hauts plateaux des Andes, entre 3000 et 5000 mètres de hauteur. La vigogne est un animal rencontré à l’état sauvage uniquement. Sa laine extrêmement fine, aussi appelée « carmeline », est utilisée pour fabriquer des vêtements de très haute qualité.
Bien que ne faisant pas partie de la famille des ruminants, tous ces camélidés ruminent. Ils se nourrissent essentiellement d’herbes et de foin. Ils peuvent manger tout type d’herbe et leur système digestif est très efficace.